Séance d’ouverture du séminaire 2018-2019 : mercredi 19 septembre 2018

Le laboratoire Logiques de l’Agir a le plaisir de vous convier à la séance de rentrée de son séminaire hebdomadaire. La première séance de l’année universitaire 2018-2019 aura lieu le mercredi 19 septembre à 18h00 à l’UFR SLHS de l’Université de Franche-Comté en salle E14 (Grand Salon), entrée par le 18 rue Chifflet, 25000 Besançon.

Sarah Carvallo, professeure de philosophie des sciences à l’université de Franche-Comté, présentera une conférence d’ouverture intitulée :

Le feuilletage logique et ontologique de la santé et ses implications en médecine

Résumé

La médecine a mis longtemps à s’unifier institutionnellement, mais son unité théorique, méthodologique et ontologique demeure un processus inachevé. L’intégration progressive de nouvelles disciplines comme l’anatomie, la santé publique, la psychiatrie, la gériatrie ou la génomique remet à chaque fois en cause le socle commun. Les codes, les bonnes pratiques, les lignes directrices, les conférences de consensus, les recommandations pour la pratique clinique, l’enseignement universitaire cherchent à maintenir cette unité difficile à l’échelle du territoire ou au niveau international, notamment en essayant de trouver un accord sur un concept de santé commun. Mais cette unification ne gomme pas la multiplicité des approches. Comment rendre compte de la cohabitation de divers styles de raisonnement opérant dans la médecine ? Le modèle des controverses scientifiques permet de ressaisir la pluralité des acteurs situés dans des projets et des écoles méthodologiques distinctes, selon des trajectoires historiques différentes. Mais il n’explique guère l’irréductibilité et l’inachèvement de ces divergences sur les objets, les méthodes ou les critères de vérification. Le modèle du pluralisme scientifique permet de mieux rendre compte de la cohabitation d’objets, de styles et de déterminations de la vérité pluriels. Cette pluralité ne relève pas d’une simple juxtaposition ni d’un aléa historique, mais de la nature même de la santé, concept épais qui embarque toujours une multiplicité de niveaux ontologiques (le gène, la cellule, l’organe, l’organisme, la personne, l’individu, la population) relevant de plusieurs logiques vitales et styles médicaux. Elle est interne à la médecine et explique l’enrichissement ontologique et méthodologique qui caractérise son histoire. Le feuilletage ontologique du concept de santé permet ainsi d’expliquer pourquoi l’unité de la médecine s’avère sans cesse inachevée et fragile.

L’entrée est libre, dans la limite des places disponibles, vous êtes les bienvenu.e.s.