Préparation aux concours 2017/2018

Parcours Préparation concours : CAPES et AGRÉGATION 2017-2018

Chers et chères étudiant.e.s,

CALENDRIER CONCOURS BLANCS JANVIER / FEVRIER / MARS

Avant les épreuves écrites, le département de philosophie organise des épreuves blanches le vendredi après-midi (1 sur 2 en moyenne). Vous trouverez toutes les informations utiles ici

Informations importantes agrégatifs :

Le cours sur Étienne BONNOT DE CONDILLAC, Essai sur l’origine des connaissances humaines, Paris, Vrin, 2014 sera assuré en visioconférence depuis Dijon par Charles Braverman. Ils auront lieu dans la salle habituelle de visio (E13), tous les vendredis suivants : semaines 4, 5, 6, 7, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 17 et 18.

Les cours ont lieu de 10h à 12h.

Ces créneaux imposés par la visioconférence et la mutualisation avec Dijon nous obligent à décaler les heures de compositions sur table. Elles auront lieu désormais de 13h à 20h (ou 19h) pour les agrégatif.ve.s et de 13h à 18h pour les étudiant.e.s CAPES, le vendredi. Calendrier à suivre pour les mois de janvier et février !! Restez connecté.e.s 😉

Vous pouvez télécharger, en cliquant sur le lien suivant, le fascicule de présentation des cours offerts par le département de philosophie dans le cadre de la préparation aux concours :

CAPES et AGRÉGATION 2017-2018

Pour l’équipe enseignante,

Vincent Bourdeau

Séminaire “Pratiques collectives au XIXe siècle” : séance n° 2, mercredi 6 décembre 2017

La prochaine séance du Séminaire “Pratiques collectives au XIXe siècle” aura lieu le mercredi 6 décembre, de 18h à 20h, au Grand Salon (E14), 18 rue Chifflet (1er étage), où nous aurons le plaisir de recevoir :

Vincent BOURDEAU et Arnaud MACÉ (Logiques de l’agir, UBFC), pour une conférence intitulée :

Les socialistes et la pensée de la nature au XIXe siècle

autour de l’ouvrage qu’ils ont co-édité, intitulé La nature du socialisme. Pensée sociale et conceptions de la nature au XIXe siècle (PUFC, 2017).

Résumé

Le XIXe siècle passe pour le siècle de l’histoire, de sociétés modernes hantées par leurs productions tant matérielles que culturelles, s’arrachant par le travail, la technique et la science aux contraintes de la nature. Notre ouvrage propose de montrer, à l’inverse, que les pensées sociales de la période ont entretenu d’étroits rapports avec le concept, diversement élaboré, de nature. Le socialisme est un terrain fécond pour déployer une telle relecture tant il semble éclairer – dans ses nombreuses variantes – les modalités par lesquelles la nature est appréhendée comme un moyen de penser non seulement la consistance du social mais aussi les manières d’intervenir sur lui et de le transformer.

Renseignements sur l’ouvrage et morceaux choisis à télécharger ici.