Philosophie des sciences

Les recherches développées par Logiques de l’agir dans le champ de la philosophie des sciences se distribuent principalement en 4 axes :

I. Le séminaire d’épistémologie pratique est un lieu de réflexion se proposant d’interroger les dimensions les plus récentes de la recherche menée dans le champ de l’épistémologie et de la philosophie des sciences, dans la diversité de ses formes, de ses sous-disciplines et de ses objets. Il accueille régulièrement des chercheurs confirmés ou de jeunes chercheurs, qu’ils soient philosophes ou scientifiques, français ou étrangers. Il est ouvert à tout public intéressé par la philosophie des sciences.
Les séances ont lieu le mercredi à 18h dans les locaux de la Fac de Lettres de l’Université de Franche-Comté, 30 rue Mégevand à Besançon, en alternance avec les séminaires d’éthique et de philosophie sociale.
Responsable : Thierry MARTIN

II. Le Système d’Information en Philosophie des Sciences (SIPS) a vocation à rassembler l’information bibliographique, multilingue et multisupport, concernant l’ensemble des productions relevant de la philosophie des sciences, publiées au cours des XXe et XXIe siècles, dans les différentes disciplines qui la composent. Il s’agit d’une base documentaire régulièrement alimentée et enrichie.
Responsables : Fabien FERRI & Thierry MARTIN

III. Le séminaire Probabilités, décision, incertitude est organisé en collaboration avec l’Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques, 13 rue du Four, Paris 6e), le vendredi de 14h à 16h.
Responsables : Isabelle DROUET et Thierry MARTIN
Retrouvez ici le programme du séminaire.

IV. Le séminaire Histoire du calcul des probabilités et de la statistique est organisé à l’EHESS conjointement par Eric Brian, Thierry Martin et Laurent Mazliak. Les séances ont lieu le vendredi matin de 10h à 12h.
Retrouver l’historique du séminaire de 2007 à 2012

 

Atelier Clisthène 2016 31 mars – 1er avril

Clisthène Atelier 2016 Programme

Atelier Clisthène

sur la pensée et les pratiques des anciens Grecs d’Homère à Platon

Session 2016, 31 mars – 1er avril

UFR SLHS Salon Préclin

Comité scientifique : Michel Fartzoff, Karin Mackowiak, Arnaud Macé

Logiques de l’Agir EA 2274 & Institut des sciences et techniques de l’Antiquité EA 4011

http://ista.univ-fcomte.fr ; http://logiquesagir.univ-fcomte.fr/

contact : cleisthenesworkshop@gmail.com

Jeudi 14h00-15h30

Nicolo Benzi (Trinity College, Dublin)

The Redefinition of Poetic Authority in Early Greek Philosophical Poetry

Jeudi 15h45-17h15

Xavier Gheerbrant (Université de Lille 3)

Poétique et vérité chez Empédocle et Pindare

Jeudi 17h30-19h30

Conférence inaugurale

Suzanne Saïd (University of Columbia/ Université Paris Ouest)

Tragédie et histoire : histoire d’une controverse

Vendredi 9h-10h30

Pierre Ponchon (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand)

Héraclite et Thucydide : sur une genèse possible du réalisme politique

Vendredi 10h45-12h15

Christian Keime (University of Cambridge)

Héraclite et la médecine hippocratique dans le Banquet de Platon

Vendredi 14h30-16h30

Conférence de clôture

Paul Demont (Université Paris Sorbonne)

La maladie et la santé chez Hérodote

Séminaire international de Philosophie de l’éducation Besançon / Liège

logo LETS newLOGO-AGIR-reduit

Descriptif

Centré sur les questionnements, les paradoxes, les difficultés et les querelles de la philosophie de l’éducation, le séminaire prend comme fil conducteur la notion d’idéologie pour envisager les questions suivantes : l’articulation entre politique d’asservissement et politique d’émancipation et le rôle du langage dans cette difficulté ; l’articulation d’un concept d’enfance à une philosophie du langage et du discours ; la question de la constitution de communs dans la langue et l’éducation ; les rapports de l’institution scolaire et du travail.

Fonctionnement

Ce séminaire, ouvert à tous, est un séminaire tournant entre Besançon (France) et Liège (Belgique). C’est un séminaire de travail, chaque séance correspondant à un programme de lecture détaillé en amont, précédé d’une présentation problématique de ce corpus par l’un des membres du séminaire. Chaque séance dure une demi-journée.

Calendrier

  • 27 janvier, 14h-17h et 28 janvier, 9h00-11h30

  • Besançon, UFR SLHS, 30 rue Mégevand, Grand Salon

  • Pratiques linguistiques et pratiques scolaires du point de vue du matérialisme historique

ances animées par Antoine Janvier (Université de Liège) et Fabio Bruschi (Université de Louvain).

« [L]’Eglise a été aujourd’hui remplacée par l’Ecole dans son rôle d’Appareil idéologique d’Etat dominant ». L. Althusser, « Idéologie et appareils idéologiques d’Etat ».

« L’unité d’une langue est d’abord politique. Il n’y a pas de langue-mère, mais prise de pouvoir par une langue dominante (…) ». G. Deleuze, F. Guattari, Mille plateaux.

A partir des années 70, sous l’impulsion des luttes étudiantes, la question de la forme scolaire s’impose comme un problème névralgique aux yeux des intellectuels d’orientation marxiste, en particulier dans l’entourage de Louis Althusser qui publie en 1970 sa célèbre note « Idéologie et Appareil idéologiques d’Etat ». Plusieurs travaux (Baudelot et Establet, 1971 ; Balibar et Laporte, 1974) s’efforcent de remettre en question l’image que l’institution scolaire donne d’elle-même comme milieu neutre et indépendant des luttes de classe, et de comprendre sa « séparation » comme une manière spécifique de participer au processus de la reproduction de ces luttes sous l’égide de la classe dominante. Ces travaux se détachent de l’approche proposée par Bourdieu et Passeron dans les mêmes années. Si Bourdieu et Passeron insistent sur la manière dont, à travers sa fonction « démocratique », la scolarisation généralisée enregistre les inégalités entre les individus dues à leur origine de classe, l’orientation marxiste défendue par Baudelot et Establet ou Balibar et Laporte comprend la scolarisation comme une opération de reproduction active de la division entre classes au moyen de sa prétention à l’unité et à l’unification de la masse des citoyens. Pour ces auteurs, l’opération de reproduction active passe en particulier par l’apprentissage linguistique : la division scolaire se déploie avant tout comme la division entre pratiques différentes d’une même langue essentielles à la constitution du français comme langue commune. Que ce soit d’un point de vue plus systématique (Baudelot et Establet) ou d’un point de vue plus directement historique (Balibar et Laporte), deux séquences sont identifiées comme jouant un rôle fondateur dans ces processus d’unification-division : la Révolution française, où se développe l’uniformisation linguistique, et la mise en place de la scolarisation généralisée sous la IIIe République.

Nous proposons de revenir sur ces travaux aujourd’hui relativement oubliés, et d’en dégager la cohérence théorique à partir de leur inscription dans la problématique althussérienne de l’idéologie d’une part, et, d’autre part dans le champ des analyses politiques de l’uniformisation linguistique développées dans les années 70 aussi bien par des historiens (De Certeau, Julia, Revel) que par des philosophes (Deleuze et Guattari). Ces approches nous permettront d’aborder d’un point de vue critique, à la fois historique et systématique, la manière dont les différentes pratiques d’apprentissage de la langue participent, par leur inscription dans la forme scolaire, à ce qu’on pourrait appeler un processus d’unification divisante. Il s’agira par là d’éprouver la possibilité d’introduire une position non scolaire dans l’appareil scolaire même.

L. Althusser, « Idéologie et appareils idéologiques d’Etat » (1970), in Sur la reproduction, Paris, PUF, 2011.

Chr. Baudelot, R. Establet, L’école capitaliste en France, Paris, Maspero, 1971.

R. Balibar, D. Laporte, Le français national. Politique et pratique de la langue nationale sous la révolution, Présentation de E. Balibar, P. Macherey, Paris, Hachette, 1974.

M. De Certeau, D. Julia, J. Revel, Une politique de la langue. La Révolution française et les patois, Paris, Gallimard, 1975.

G. Deleuze, F. Guattari, « Postulats de la linguistique », in Mille plateaux, Paris, Minuit, 1980.

R. Balibar, L’institution du français. Essai sur le colinguisme des Carolingiens à la République, Paris, PUF, 1985.

Archives programme printemps 2015

Annulation de la séance du séminaire Pensée sociale contemporaine qui devait recevoir

Aurélien ARAMINI, « Michelet et l’identité de la France »

Mercredi 15 avril 2015, 18h, GRAND SALON


Séminaires et manifestations du printemps

Jean-Pierre CLERO (Université de Rouen), « Réflexions sur le sens et la valeur de l’Essai en vue de résoudre un problème de la doctrine des chances de Thomas Bayes », 04/02/2015, 18h, Grand salon, Logiques de l’agir – EA 2274, Séminaire de philosophie des sciences, resp. Thierry Martin, ouvert à tous, gratuit.

Patrick LLORED, « La question animale au-delà du logocentrisme », 11/02/2015, 18h, Grand salon, Logiques de l’agir – EA 2274, Séminaire d’éthique appliquée, resp. Corine Pelluchon, ouvert à tous, gratuit.

Loïc RIGNOL (Logiques de l’agir), « Le socialisme scientifique dans le premier XIXe siècle en France », à l’occasion de la sortie de Les Hiéroglyphes de la nature (Presses du réel, 2014). 18/02/2015, 18h, Grand Salon, Séminaire Pensée sociale contemporaine, responsabilité collective.

Gauthier AUTIN (Logiques de l’agir), « Automatisme psychologique et pouvoir spirituel », 18/03/2015, 18h, Grand Salon, Séminaire Pensée sociale contemporaine, responsabilité collective.

 Corine PELLUCHON, « Articuler l’écologie et l’existence et penser un nouveau contrat social », présentation de Les Nourritures. Philosophie du corps politique (Paris : Le Seuil, 2015), 25/03/2015, 18h, Grand salon, Logiques de l’agir – EA 2274, Séminaire d’éthique appliquée, resp. Corine Pelluchon, ouvert à tous, gratuit.

Guillaume LECOINTRE (Museum National d’Histoire Naturelle, Paris), « Les sciences historiques : quelles prédictions ? », 01/04/2015, 18h, Grand salon, Logiques de l’agir – EA 2274, Séminaire de philosophie des sciences, resp. Thierry Martin, ouvert à tous, gratuit.

François HARTOG (EHESS), « Une Grèce à la française. 1864-1962″, avec la participation de Vincent AZOULAY, 08/04/2015, 18h, Grand salon, Logiques de l’agir – EA 2274, Conférence Logiques de l’agir, resp. Arnaud Macé & Thierry Martin, ouvert à tous, gratuit.

Aurélien ARAMINI (Logiques de l’agir), « Michelet et l’identité de la France », à propos de son ouvrage Michelet, à la recherche de l’identité de la France (PUFC, 2013), 15/04/1015, 18h, Grand Salon, Séminaire Pensée Sociale Contemporaine, responsabilité collective, ouvert à tous, gratuit. SEANCE REPORTEE A L’AUTOMNE 2015

Conférence

L’Ecole doctorale LETS et Logiques de l’agir ont le plaisir d’accueillir

Jeudi 9 avril 2015

  François HARTOG

Directeur d’études à l’EHESS
Titulaire de la chaire d’historiographie antique et moderne

qui présentera une conférence intitulée :

Vers une nouvelle condition historique

La séance aura lieu à l’Université de Franche-Comté, UFR SLHS,

de 10h00 à 12h00 au Grand Salon  (Bâtiment Chifflet, 1er étage)

18 rue Chifflet (Besançon)

Nous vous y attendons nombreux

 Résumé : L’Histoire a été un des noms « carrefour », sinon le concept cardinal, autour duquel s’est cristallisé le croyable des deux derniers siècles et à partir duquel se sont écrits les divers « romans nationaux ». Aujourd’hui, que désignons-nous quand nous prononçons le nom Histoire ? À quoi croyons-nous ?
Elargissons un peu le questionnement et formulons l’hypothèse que les changements récents et en cours dans nos expériences historiques et, d’abord, dans nos rapports au temps pointeraient en direction d’une nouvelle condition historique. Alors même que l’histoire-discipline, celle liée encore au concept moderne d’histoire, peinerait à la saisir.

Journée inter-doctorale de philosophie

24 avril 2015

Organisée en collaboration avec l’École doctorale LETS, l’École doctorale LISIT, le Centre Georges Chevrier de l’Université de Bourgogne et le Programme roman doctoral en philosophie (Universités de Fribourg, Genève, Lausanne, Neuchâtel), elles auront lieu à l’Université de Bourgogne (Dijon), ouvert aux chercheurs et jeunes chercheurs, gratuit.

Programme ici : Journee interdoc 2015

Bérengère Kolly au séminaire “pensée sociale contemporaine”

Le séminaire “Pensée sociale contemporaine” reçoit Bérengère Kolly (LISEC Lorraine) pour une conférence autour de son ouvrage:

“‘Et de nos soeurs séparées’…Lectures de la sororité”

La séance a lieu le Mercredi 16 Avril, à 18h00 au Grand Salon (salle E14), 1er étage

18, rue Chifflet (25000 Besançon)

Vous y êtes les bienvenu-e-s!

Présentation de l’ouvrage:

“Et de nos soeurs séparées…” Lectures de la sororité, Editions Lussaud Imprimerie, 2013.

Pourquoi invoquer le mot de soeurs dans la lutte politique ? Quel serait le ou les sens de ce terme, sororité, choisi parmi d’autres, et invoqué avec tant d’insistance dans le Mouvement de Libération des Femmes au début des années 1970 ?
La sororité, c’est l’amitié, l’amour des femmes pour elles-mêmes, et la solidarité dans la lutte politique. La sororité, c’est cela, et plus que cela ; car la sororité énonce ce que ne peuvent formuler seules ni la solidarité, ni l’amitié : le devenir soeurs du coude à coude dans la lutte spécifique des femmes pour leur libération ; l’invention d’une politique nouvelle, loin des modèles fraternels existants ; la formation d’un nous inédit et oxymorique, supposant à la fois la multiplicité et l’interchangeabilité, une union mouvante et discontinue, une appartenance sans appartenances.
A partir du texte emblématique du Torchon brûle, publié entre 1971 et 1972, ce texte entend ainsi proposer quelques lectures possibles de la sororité comme invention politique : une notion qui entend faire de l’amour des femmes entre elles et pour elles proposition philosophique, et politique.

Présentation de l’auteure:

Bérengère Kolly, docteure en philosophie, explore les questions de philosophie politique et les questions éducatives à partir de et par la question des sexes, croisant philosophie, éducation et histoire. Ses recherches portent, en premier lieu, de cet angle particulier, sur la construction démocratique et ses croisements avec un faire-politique des femmes et des femmes entre elles. Les notions de « fraternité » et « sororité » y font l’objet d’une attention toute spéciale, en particulier dans son travail de thèse. Comme « notions prismes », elles révèlent dans leur affirmation et leur confrontation la construction particulière d’une démocratie masculine adossée à l’exclusion du pluriel des femmes ; les formes inédites des résistances sororales dans leur formulation politique – mouvantes, affirmant à la fois l’union et la désunion, la connivence des femmes entre elles, et leur conflit nécessaire – à cette édification fraternelle. Les travaux de Bérengère Kolly s’engagent, en second lieu, dans l’articulation avec ces questions premières, à la formulation de ce que serait une “éducation féministe”, supposant la création d’un « nous » éducateur à la solidarité et à l’émancipation, contrariant cette construction démocratique particulière, et faisant signe vers l’universel et la question plus globale d’une éducation transformatrice.

Séminaire éthique appliquée: séance du 26 mars 2014

La prochaine séance du séminaire d’Éthique appliquée organisé par Corine Pelluchon aura lieu le mercredi 26 mars à 17h30 à l’UFR SLHS en salle E14 (Grand salon), entrée par le 18 rue Chifflet, 25000 Besançon.

Marie-Frédérique BACQUE (Professeur en psychologie à l’université de Strasbourg)

présentera une conférence sur le sujet suivant :

La mort naturelle victime de l’intolérance à l’incertitude 

Résumé : Avec la rationalisation du monde occidental, le sentiment utilitariste d’exister augmente. La quête de sens conduit à une demande de maîtrise qui se traduit par une plus grande intolérance à l’incertitude et une anticipation anxieuse qui engendrent des symptômes invalidants. Parmi eux l’angoisse, et son pendant, le besoin de contrôler tout ce qui renvoie aux fonctions naturelles en nous. La naissance, les maladies, la mort forment ces phénomènes qui entraînent autant de demandes de domination. L’expérience du deuil nous montre que la tendance générale est de décrier cette période floue, d’autant plus insupportable que sa fin est imprévisible. La psychanalyse, en écho, est elle-même rejetée en raison de cette incertitude qui  signe pourtant l’indépendance de l’analysant. Dans le cas de la fin de la vie, la majorité rejette une mort issue de la cessation progressive des forces de vie. Le suicide assisté et la demande d’euthanasie contribuent à ces illusions. Par un forçage de l’autonomie humaine, les derniers remparts de « l’animalité » au sens de la nature de l’humanité tombent. Nous questionnerons ce verrouillage de l’incertitude qui renvoie à la réification.

Axel Gosseries au Séminaire “Ethique appliquée”

Le mercredi 19 mars à 18h00 à l’UFR SLHS en salle E14 (Grand salon), dans le cadre du séminaire en Ethique appliquée du laboratoire Logiques de l’agir, le professeur:

Axel GOSSERIES (Philosophie, Université de Louvain/ Chaire Hoover d’éthique économique et sociale) présentera une:

Conférence sur la Justice intergénérationnelle

generations

Axel Gosseries est philosophe, spécialiste de philosophie politique, de questions éthiques et de philosophie des politiques publiques. Il a publié en nom propre ou à titre de coordinateur de nombreux ouvrages. On citera notamment: Arguing about justice. Essays for Philip Van Parijs (dirigé avec Y. Vanderborght, Presses de l’Université de Louvain, 2011), Intergenerational Justice (dirigé avec L. Meyer, Oxford University Press, 2009), et en français, Penser la justice entre les générations. De l’affaire Perruche à la réforme des retraites (Aubier, 2004). Pour accéder à la page d’Axel Gosseries cliquer ici.

Un nouveau site pour la philosophie à l’Université de Besançon

Bienvenue sur notre nouveau site!

Vous êtes ici sur le nouveau site du laboratoire Logiques de l’agir et du département de Philosophie de l’Université de Franche-Comté.
Petit à petit, nous allons vous donner plus d’informations, concernant tant les recherches menées au sein du laboratoire que nos offres de formation.
Sur cette page d’accueil, vous trouverez les 3 ou 4 actualités du moment, vous pouvez ensuite circuler directement dans l’espace recherche (en déroulant l’onglet “Laboratoire de recherche”) ou dans l’espace enseignement (en déroulant l’onglet “Département de philosophie”).
Bonne navigation et au plaisir de vous compter parmi nos fidèles lecteurs!

Conférence Arnaud Macé à l’ENS Lyon

Présentation de l’ouvrage “Choses privées et chose publique en Grèce ancienne”(PUFC, 2013)

Lundi 24 février à 14h00, conférence d’Arnaud Macé à l’ENS Lyon (LSH).

Arnaud Macé, enseignant-chercheur en philosophie antique à l’Université de Besançon, viendra lundi 24 février présenter le volume “Choses privées et chose publique en Grèce ancienne”. Fruit d’une collaboration de plusieurs années entre littéraires, philosophes et historiens du monde antique, cet ouvrage cherche à mettre en lumière l’émergence du partage privé/public en Grèce ancienne, à la lumière de textes de philosophes, de poètes, d’orateurs ou d’historiens grecs des époques archaïque et classique, traduits et commentés.

Conférence

Présentation, par Arnaud Macé, du volume “Choses privées et chose publique en Grèce ancienne”.
Le lundi 24 février 2014, à 14h00 (salle F08)
La conférence est ouverte à tous.
ENS Lyon (LSH), 15 Parvis Descartes, Lyon (7e), Métro: DEBOURG

Séminaire Ethique Appliquée: Rappel

Un message de rappel: le séminaire d’éthique appliquée, organisé par Corine Pelluchon, tiendra sa prochaine séance mercredi prochain, 19 février. Vous y êtes tou-te-s les bienvenu-e-s!

 

La séance aura lieu le mercredi 19 février à 18h00 à l’UFR SLHS en salle E14 (Grand salon), entrée par le 18 rue Chifflet, 25000 Besançon.

Christian GUINCHARD et Laetitia OGORZOLEC

 présenteront une conférence sur le sujet suivant :

Le travail sur la propreté des rues. la mise en oeuvre des politiques publiques à partir des concepts de Mead et de Dewey

L’entrée est libre, et votre présence est souhaitée !