VHP4U2 (2019-2020) : Épistémologie 2, L2, S4 (S. Carvallo)

Épistémologie 2

Sarah Carvallo

Résumé

Ce cours analyse la constitution d’une notion objective de rationalité qui émerge progressivement par intégration et dépassement des figures historiques successives de la rationalité. A partir du dix-septième siècle, les progrès de la rationalité tendent désormais à être identifiés au perfectionnement de la méthode scientifique elle-même qui s’étend à des domaines de plus en plus larges, notamment à la philosophie. Cette objectivation de la raison passe par la recherche d’une langue scientifique (logique, mathématique, caractéristique, calcul) qui ne vise pas la communication, mais la performance des conclusions ; par une nouvelle signification donnée aux sciences et aux découvertes scientifiques comme lieu privilégié de la raison, ; par une conceptualisation de l’histoire des sciences comme progrès cumulatif.

Ce cours étudie plus particulièrement la détermination du concept de mathesis universalis chez Descartes et Leibniz, son déploiement dans les sciences particulières que sont l’algèbre, la géométrie, la physique et la médecine ; la pluralisation des styles de raisonnement scientifique (expérimentation, probabilité, classification), les régions de la raison (possibilité, nécessité, contradiction, contingence), la constitution de nouveaux objets (l’infini, le probable) et les critères de la rationalité (intuition, démonstration, raison suffisante, estime des apparences) chez Galilée, Descartes, Pascal, Arnauld et Leibniz.

Bibliographie synthétique

– Belaval, Yvon, Leibniz critique de Descartes, Paris, Gallimard, 1960.

– Bouveresse, Jacques, “Mathématiques et logiques chez Leibniz“, Revue d’histoire des sciences, 54/2, 2001, p. 223-246.

– Descartes, Regulae ad directionem ingeniiRègles utiles et claires pour la direction de l’esprit en la recherche de la vérité, trad. J.-L. Marion, La Haye, Nijhoff, 1977.

– Descartes, René. Oeuvres de Descartes, C. Adam, P. Tannery, nouvelle présentation par B. Rochot et P. Costabel, 11 vol., Paris, Vrin, 1964-1974.

– Fichant, Michel, “Les axiomes de l’identité et la démonstration des formules arithmétiques”, Revue internationale de Philosophie, 48/188, 1994, p. 85-119.

– Hacking, Ian, “Leibniz and Descartes : Proof and Eternal Truths”, in A. Kenny (dir.), Rationalism, Empiricism and Idealism, British Academy Lectures on the History of Philosophy, The Clarendon Press, Oxford, 1986.

– Hacking, Ian, “Des styles de raisonnement scientifique“, Cours au Collège de France, 2003.

– Hacking, Ian, “Statistical language, statistical truth and statistical reason. The self-authentification of a style of scientific reasoning“, in The Social dimensions of science, E. McMullin (ed.), University of Notre Dame Press, 1992, p. 130-157.

– Leibniz, Gottfried Wilhelm, L’estime des apparences, M. Parmentier (éd.), Paris, Vrin, 1995.

– Leibniz, Gottfried Wilhelm, La naissance du calcul différentiel, M. Parmentier (éd.), Paris, Vrin, 1989.

– Leibniz, Gottfried Wilhelm, Recherches générales sur l’analyse des notions et des vérités : 24 thèses métaphysiques et autres textes logiques et métaphysiques, J.-B. Rauzy (éd.), Paris, PUF, 1998.

– Leibniz, Gottfried Wilhelm, Sämtliche Schriften und Briefe, Berlin, Akademie Verlag, 1923-…Leibniz-Edition Digital

– Rabouin, David, “Infini mathématique et infini métaphysique : d’un bon usage de Leibniz pour lire Cues (… et d’autres)“, Revue de métaphysique et de morale, 2011/2, N°70, p. 203-220.

– Rabouin, David, Mathesis universalis : l’idée de mathématique universelle d’Aristote à Descartes, Paris, PUF/ Épiméthée, 2009.

– Rabouin, David, Mathesis universalis. Écrits sur la mathématique universelle, Paris, Vrin, 2018.

– Rauzy, J.-B., La doctrine leibnizienne de la vérité, Paris, Vrin, 2001.