VHP9U1 (2020-2021) : Sciences techniques sociétés, M2, S9 (S. Carvallo)

Sciences, techniques, sociétés

Sarah Carvallo

Résumé

Ce cours propose une analyse des sciences et des techniques contemporaines pour comprendre ce qu’elles nous révèlent de nous-mêmes et de notre monde, ou à l’inverse ce qu’elles nous dérobent. En quoi la science détermine-t-elle notre rapport au monde ? Quelle vision et pratique du monde véhiculent et renforcent les sciences ?

Ce cours développe tout particulièrement la question du commun dans les sciences, en partant de deux représentations standard de la science moderne : la science comme bien commun et l’unité commune de toutes les sciences constituée à partir de l’unité du monde. Après avoir analysé les raisons de cette représentation de la science, le cours présente les critiques d’une conception unifiée de la science et les risques actuels d’une privatisation de la science.

Plus largement, le cours cherche à comprendre les sciences et les techniques sans les réduire ni à de pures connaissances ni à une simple utilité pratique, mais en admettant qu’elles possèdent aussi un pouvoir d’interrogation sur notre manière d’habiter le monde, de nous représenter nous-mêmes et d’agir. Elles font évoluer les frontières entre l’humain et le non-humain, l’artificiel et le naturel, le vivant et l’inerte. Elles pratiquent une philosophie implicite et participent à une exploration – voire une constitution – des ontologies et de axiologies, qui organisent notre monde et nos sociétés.

Bibliographie indicative

– Andler, D., Fagot-Largeault A., Saint Sernin B. : Philosophie des sciences, Gallimard, 2002

– Anderson M. S., Ronning, E. A, De Vries R., Martinson B.C. (2007). The perverse effects of competition on scientists’ work and relationships. Science and Engineering Ethics 13(4), 437–461.

– Apel K.-O. (1987). L’éthique à l’âge de la science, trad. R. Lellouche et I. Mittmann. Lille : PU de Lille.

– Barberousse A.,  Kistler M., Ludwig P. :  La philosophie des sciences au XXe siècle, Flammarion, Coll. Champs, 2000

– Beauchamp T. L., Childress J. F. (1979). Principles of biomedical ethics. New York: Oxford University Press.

– Beck U. [1986] (2001). La société du risque, Paris : Alto Aubier.

– Benkimoun P. (2010). Recherche clinique et financement privé : les liaisons dangereuses, Les tribunes de la santé, 3 (28), 23-37.

– Bensaude-Vincent, B. (2009). Les vertiges de la technoscience. Façonner le monde atome par atome. Paris : La Découverte.

– Bernal J. D. (1939). The social function of science. London : Routledge.

– Bok D. (2003). Universities in the marketplace: The commercialization of higher education. Princeton: Princeton University Press.

– Boldrin M., Levine, D. K. (2002) The case against intellectual property. The American Economic Review 92(2), 209–212.

– Bolstanski L., Chiapello È. (1999). Le nouvel esprit du capitalisme. Paris : Gallimard.

– Bonneuil Ch., Joly P.B. (2013). Sciences, techniques, société. Paris : La découverte

– Boudon R, Clavelin M. : Le relativisme est-il résistible ? PUF, Coll. Sociologies, 1994.

– Boudon R, La rationalité, PUF, Que sais-je ?, 2009.

– Bourdieu, Les usages sociaux de la science, Pour une sociologie clinique du champ scientifique, Paris, INRA éditions, 1997. Une analyse en réaction à la nouvelle sociologie des sciences.

– Brannigan A. : Le fondement social des découvertes scientifiques  PUF, 1996

– Brenner, Anastasios. Les origines françaises de la philosophie des sciences. PUF, 2003.

– Broad W., Wade N. (1982). Betrayers of the Truth. Fraud and Deceit in the Hall of Science. New York: Simon & Schuster. trad. fr. (1987). La Souris Truquée, Enquête Sur La Fraude Scientifique. Paris : Seuil.

– Bruno I., Didier E. (2013), L’État sous pression statistique. Paris, La découverte.

– Callon M., Latour B. (dirs) : La science telle qu’elle se fait  La Découverte, 1991

– Callon, Lacousme, Barthe, Agir dans un monde incertain, Paris, Le seuil, , 2001.

– Canguilhem, Georges : La connaissance de la vie (Paris : Vrin, 1965)

– Carnap R., 1973, Les fondements philosophiques de la physique, Armand Colin, (1ère ed 1966)

– Caracostas P., Muldur U. (1997). La société, ultime frontière. Une vision européenne des politiques de recherche et d’innovation pour le XXIe siècle. Rapport de la commission européenne, Luxembourg, OPOCE.

– Carnino G. (2015). L’invention de la science. La nouvelle religion de l’âge industriel. Paris : Le seuil.

– Daston, L., Galison, P. (2007). Objectivity. New York: Zone Books.

– Diamond A. M., Jr. (1996) The economics of science. Knowledge and Policy. 9(2&3), 6–49.

– Dubois M. : Introduction à la sociologie des sciences PUF, Coll. Premier Cycle, 1999

– Duris, L’histoire des sciences, Paris, PUF, Que sais-je. Bref mais précis.

– Engel, P., La vérité. Réflexions sur quelques truismes, Paris, Hatier.

– Feyerabend P., 1979, Contre la méthode, Le Seuil

– Fleck, Ludwik [1935], Genèse et développement d’un fait scientifique, préface de Ilana Löwy, postface de Bruno Latour, traduit de l’allemand par Nathalie Jas, Paris, Les Belles Lettres, 2005.

– Foray D. (2004). The economics of knowledge. Cambridge, MA: MIT Press.

– Foucault, Michel. Qu’est ce que les Lumières ? Magazine Littéraire, 207, 1984, p. 35-39

– Gingras Y., Roy L. (éds.). (2006). Les transformations des universités du XIIIe au XXIe siècle. Québec : Presses de l’université de Québec.

– Gingras Y. (2014). Les Dérives de l’évaluation de la recherche : du bon usage de la bibliométrie. Paris : Raisons d’agir.

– Habermas J. [1968] (1976). Erkenntnis und Interesse. Connaissance et intérêt, Paris : Gallimard.

– Habermas J. [1983] (1986). Notes pour fonder une éthique de la discussion, dans Morale et communication, trad. C. Bouchindhomme, Paris : Cerf.

– Habermas J. [1991] (1992). De l’éthique de la discussion, trad. M. Hunyadi, Paris : Cerf.

– Habermas, Jürgen. La technique et la science comme idéologie. La fin de la métaphysique. 1968, Gallimard 1973.

– Goffi, Jean-Yves, Regards sur les technosciences, Paris, Vrin, 2006.

– Hacking, Ian [1983], Representing and Intervening, Cambridge University.

– Hacking, Ian, The emergence of Probability (London-New York 1975)

– Hacking, Ian, Historical Ontology 2002.

– Heidegger, Martin. La question de la technique. Essais et conférences (1953), Paris, Gallimard, 1958.

– Kitcher P. (2011). Science, truth, democracy. NY: Oxford University Press.

– Kitcher P. (2016). Synthetic Wisdom. Issue: From Knowledge to wisdom: science and the good life. Annals of the New York Academy of sciences, 1384, 117-121.

– Latour B, Woolgar  S. [1979] (1986 2d ed.). Laboratory Life. Princeton: Princeton university Press.

– Latour, Bruno, 1987, Science in Action. La science en action Gallimard, Coll. Folio, 1989.

– Longino H. E. (1990). Science as social knowledge. Values and objectivity in scientific inquiry. Princeton: Princeton University Press.

– Longino H. E., Waters, C.K. (eds.) (2006). Scientific pluralism. (19). Minneapolis, Minnesota university Press.

– Merton R. K. (1973) The sociology of science: Theoretical and empirical investigations. Chicago: University of Chicago Press.

– Merton R. K. (1942). A note on science and democracy. Journal of Legal and Political Sociology, 1(1–2), 115–126.

– Oreskes N., & Conway E. M. (2010) Merchants of doubt: How a handful of scientists obscured the truth on issues from tobacco to global warming. New York : Bloomsbury Press.

– Pestre D. (2003). Science, argent et politique. Un essai d’interprétation. INRA.

– Pestre D. (2010). Penser le régime des technosciences en société, production, appropriation, régulation, des savoirs, in Les études de sciences : pour une réflexivité institutionnelle, J. Le Marec (éd.), Paris : Edition des archives contemporaines, 17-43.

– Pestre D. (1995). Pour une histoire sociale et culturelle des sciences. Nouvelles définitions, nouveaux objets, nouvelles pratiques. Annales ESC, 3, 487-522.

– Polanyi M. (1962) The republic of science: Its political and economic theory. Minerva, 1, 54–74.

– Popper, Karl. La logique de la découverte scientifique. Paris Payot, 1959, trad. fcse 1973, p. 57-71.

– Proctor R. N. (1991). Value free science? Purity and power in modern knowledge. Cambridge, MA: Cambridge University Press.

– Proctor R. (2008). Agnotology: The making and unmaking of ignorance. Stanford: Stanford University Press.

– Putnam H. (2002). The collapse of the fact/value dichotomy. Harvard: University Press.

– Salomon, Jean-Jacques, Le destin technologique. Paris, Gallimard, 1992.

– Salomon, J.-J. (2006). Les scientifiques entre pouvoir et savoir. Paris : Albin Michel.

– Shapin S. (2010). Never Pure. Historical Studies of Science as if It Was Produced by People with Bodies, Situated in Time, Space, Culture, and Society, and Struggling for Credibility and Authority, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

– Simondon, Gilbert. Du mode d’existence des objets techniques 1958.

– Stengers I. (1997). Sciences et pouvoir. La démocratie face à la technoscience. Paris : La Découverte.

– Stengers I. (2013). Une autre science est possible. Manifeste pour un ralentissement des sciences. Suivi de William James, Le poulpe du doctorat. Paris : La découverte.

– Vermeir K. (2013). Scientific research: commodities or commons? Science and education. 22, 2485-2510.

– Vinck D. (2007). Sciences et société. Sociologie du travail scientifique. Paris : Armand Colin.

– Vinck D. (2010). L’activité de recherche en situation d’injonctions contradictoires, in J. Le Marec (éd.). Les études de sciences : la condition réflexive. Paris : Éditions des Archives Contemporaines, 65-80.

– Weber, M. [1904-1905-1920] (2003). L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme. Paris : Gallimard.

– Weber, M. [1917] (1990). Le métier et la vocation de savant (Wissenschaft als Beruf), in Le savant et le politique. Paris, Plon