Logiques plurielles des fins de vie

Projet Chrysalide

Responsable : Sarah Carvallo

Présentation

Le pluralisme caractérise une posture intellectuelle récente, qui consiste à passer du constat de la pluralité à l’affirmation de sa légitimité et de sa nécessité en situation de démocratie. Il se décline en anthropologie, en politique, en éthique, en épistémologie, en philosophie. Ce projet de recherche vise à montrer comment la fin de vie cristallise tout particulièrement deux enjeux du pluralisme.

  • La fin de vie sert de révélateur pour comprendre la légitimité et l’irréductibilité du pluralisme à ses différents niveaux (épistémique, biologique, thérapeutique, politique, éthique) : comment leur donner sens et prendre soin des personnes en fin de vie en respectant leur diversité sur fond de significations partagées ?
  • La fin de vie ouvre des pistes pour comprendre pourquoi il ne faut pas viser une théorie (scientifique, politique, éthique) homogène et unifiée de la fin de vie, mais chercher à reconstituer des significations partagées capables de prendre en compte la pluralité. Par conséquent, cette période de la vie souvent dévalorisée devient a contrario un lieu d’innovation et de créativité (épistémique, sociale, institutionnelle…) à partir duquel penser nos existences, nos savoirs, nos valeurs et nos projets politiques, un peu comme si la « junk period » de la vie (sur le modèle de la junk food, des junk spaces ou du junk DNA) signifiait plus et autre chose que ce que l’on croyait.

Action associée

Pour plus d’informations sur l’action “Humanités médicales” voir ici