VHP3U3 (2019-2020) : Métaphysique – Grandes controverses, L2, S3 (J. Pasteur)

L’existence du mal

Julien Pasteur

Résumé

Nul doute que la question de l’existence du mal ait pour elle une forme d’évidence première. Qui prétendrait en effet nier son extension et la variété de ses effets ? Le mal, qu’il prenne la forme de la souffrance physique (la maladie, la douleur), celle du conflit moral (le mensonge, la trahison, le vol), ou encore celle du paradoxe métaphysique (le châtiment des innocents, la punition des justes), constitue pour la philosophie un défi aussi ancien que redoutable. Si celle-ci s’est définie, dans son acception la plus large, comme un discours capable d’éclairer les principes de l’existence humaine grâce aux seules ressources de la lumière naturelle, elle ne peut qu’éprouver le mal comme une forme de provocation. En effet, y a-t-il seulement un concept unifié qui autoriserait à parler du mal ? Ne faut-il pas plutôt s’en tenir à une variété de phénomènes, tous subjectivement justifiables, mais qu’il serait impossible d’universaliser sans dommages – leçons, par exemple, qui nous viennent de l’anthropologie et plus largement des sciences humaines (C. Lévi-Strauss, P. Clastres) ? Et en admettant même que les philosophes parviennent à délimiter les contours de ce qu’est (discours ontologique) ou de ce qui est mal (discours moral), il n’en demeure pas moins que le problème de son existence réglé, celui de sa persistance continuerait de nous désarçonner. En étudiant quelques-unes des doctrines philosophiques majeures (de Platon à Saint-Augustin, en passant par Kant, Rousseau et Nietzsche), et en s’appuyant sur certaines représentations emblématique (de Job à Gygès, du Candide de Voltaire au Raskolnikov de Dostoïevski en passant la Justine de Sade), ce cours proposera d’éclairer les grandes controverses qui jalonnent le paradoxe philosophique de l’existence du mal.

Bibliographie indicative

N.-B. : les références d’œuvres littéraires et cinématographiques seront données en cours.

  • RICOEUR, Le Mal, éd. Labor et Fides.
  • LEIBNIZ, Essais de théodicée, Garnier-Flammarion.
  • ROUSSEAU, Emile ou de l’éducation, Livre IV, Garnier-Flammarion.
  • PLATON, Gorgias, Garnier-Flammarion.
  • La République, not. Livre II.
  • SPINOZA, Lettres à Blyenbergh, dans Œuvres, IV, Garnier-Flammarion.
  • SAINT-AUGUSTIN, Les Confessions, Garnier-Flammarion.
  • KANT, Critique de la raison pratique, Vrin.
  • NIETZSCHE, Par-delà bien et mal, Garnier-Flammarion.
  • FREUD, Malaise dans la civilisation, Payot.
  • L’inquiétante étrangeté, dans Essais de psychanalyse appliquée, Gallimard.
  • LEVI-STRAUSS, Race et histoire, Gallimard.
  • C. ROSSET, Le réel et son double, PUF.