Journée d’études « Vers d’autres temps » : vendredi 19 novembre 2021 à l’UFR SLHS de Besançon

Journée d’études « Vers d’autres temps : les critiques du temps social »

Présentation

Le projet d’une « critique sociale du temps » (Rosa, 2013) consiste à identifier les symptômes qui vont permettre d’élaborer un diagnostic des maux et des dysfonctionnements qui marquent notre rapport au temps : accélération et urgence généralisées, manque de temps, stress et souffrances, présentisme généralisé, absence d’à-venir. L’enjeu d’une critique sociale du temps est également de mettre au jour les normes qui régissent notre rapport au temps. Elle donne lieu à des investigations variées, selon le niveau d’échelle considéré : le développement du capitalisme (Thompson, 2004 ; Postone, 2009 ; Malm, 2020 ;  Bourdieu, 1977 ; Gorz, 1988) ; la modernité (Rosa, 2013 ; Hartog, 2020) ; ou encore l’anthropocène (Malm 2020 ; Castree 2014 et 2009 ; Chakrabarty, 2018).

La journée d’études « Autres temps », organisée à Besançon le 19 novembre 2021, se propose de revenir sur cette diversité des critiques sociales du temps. Il s’agira en particulier de faire droit à la pluralité des niveaux d’analyse et de les confronter. Cette journée d’études s’attachera donc 1. à conduire une réflexion sur les principes méthodologiques d’une critique sociale du temps ; 2. à mettre en évidence la pluralité des échelles et des normativités en jeu ; 3. à identifier, en misant sur les diagnostics formulés par les différentes critiques sociales du temps, des possibilités de résistance, de contournement, voire de subversion des normes dominantes qui régissent notre rapport collectif au temps.

Les questions qui suivent seront donc au cœur des échanges : Comment faire mieux place à des modalités émergentes du rapport au temps ? Comment échapper au règne de l’urgence et de l’accélération généralisées ? Comment se réapproprier, individuellement et collectivement, un rapport au temps qui ne soit pas source de pathologies mais garant d’un épanouissement ? Comment rouvrir le rapport à l’à-venir et faire de celui-ci un enjeu démocratique, sans l’enfermer dans une planification où tout serait connu d’avance ?

Programme

 

Matinée (Salon Préclin)

– 10h : Laurent PERREAU (Professeur, UFC/LDA) : « Les critiques du temps social : objets et principes »

– 10h45 : Ariel GUILLET (Doctorant, UFC/LDA) : « Temporalité du capital, temporalité de la reproduction : éléments pour une lecture du livre II du Capital »

– 11h30 : Alice VINCENT (Doctorante, UFC/LDA) : « Temps et capitalisme chez E. P. Thompson ».

Après-midi (Grand Salon)
– 14h00 : Benoit SIBILLE (Doctorant, UFC/LDA) : « Effondrement ou eschatologie, le temps de la crise écologique à la lumière de la pensée de Jacques Ellul »

– 14h45 : Céline MARTY (Doctorante, UFC/LDA) : « Le projet de « reconquête du temps » chez André Gorz »

15h30 : Pause

– 15h45 : Rares BADESCU (Doctorant, UFC/LDA) : « L’humanité aura été. Günther Anders et le futur antérieur »

– 16h30 : Coline LAGONDET-BONSANG (Mastérante, UFC/LDA) : « Anthropocène et temps social »