Conférence de Gérard Berry sur la pensée informatique : mercredi 27 février 2019

Le laboratoire Logiques de l’Agir a le plaisir de vous convier à une séance exceptionnelle en présence de Gérard Berry mercredi 27 février 2019 à 18h00 à l’UFR SLHS de l’Université de Franche-Comté en salle E14 (Grand Salon), entrée par le 18 rue Chifflet, 25000 Besançon.

Ancien élève de l’École polytechnique, Ingénieur général du corps des Mines, membre de l’Académie des sciences, de l’Académie des technologies et de l’Academia Europaea, Gérard Berry a été chercheur à l’École des mines de Paris et à l’Inria de 1970 à 2000, Directeur scientifique de la société Esterel Technologies de 2001 à 2009 puis Directeur scientifique Inria et président de la Commission d’évaluation de cet institut de 2009 à 2012. Il tient la chaire « Algorithmes, machines et langages » au Collège de France depuis 2012. Sa contribution scientifique concerne quatre sujets principaux : le traitement formel des langages de programmation et leurs relations avec la logique mathématique, la programmation parallèle et temps réel, la conception assistée par ordinateur de circuits intégrés, et la vérification formelle des programmes et circuits. Il est le créateur du langage de programmation Esterel.

Gérard Berry présentera une conférence intitulée :

Le temps, de la physique à l’informatique et à la musique

Présentation

Le temps est évidemment essentiel dans toutes les théories et pratiques des sciences physiques et de la philosophie, et énormément discuté de ce point de vue. Il y est généralement présenté sous la forme d’une flèche linéaire, la flèche du temps. Mais cette représentation simple s’avère bien trop limitée à la fois pour l’informatique et pour la musique, les deux se rejoignant dans l’informatique musicale. Après avoir étudié les façons de parler du temps dans notre langue française, dotée de beaucoup d’expressions adorablement fleuries mais d’une étonnante imprécision, l’exposé étudiera de meilleures façons de parler du temps et des logiques qui leur sont associées, bien adaptées aux problèmes variés de l’informatique. Nous montrerons d’abord le besoin de visions coniques du temps permettant d’étudier des aspects non saisissables par la vision linéaire classique. Nous montrerons ensuite que la répétition d’événements quelconques à des instants quelconques doit être traitée de façon homogène avec celle de la seconde habituelle, ce qui conduit à de nouvelles constructions logiques et à des langages informatiques originaux permettant de décrire formellement, de programmer et de vérifier le comportement temporel de systèmes informatiques. Nous verrons ensuite que la composition musicale manipule aussi plusieurs sortes de temps, du temps logique de la partition au temps physique de l’interprétation en passant par temps internes des répétitions de thèmes et de formes dans les morceaux. Nous montrerons enfin que les visions de temps généralisés précitées conduisent à de nouvelles façons de composer et d’exécuter les compositions mixtes hommes / ordinateurs, et aussi à de nouvelles questions fascinantes mais largement ouvertes pour l’écriture musicale.