Séance doctorale n°3 : Sabina Barbato et Tristan Bonnier, 27 novembre 2019

Le laboratoire Logiques de l’Agir a le plaisir de vous convier à la troisième séance doctorale du séminaire le mercredi 27 novembre 2019 à 18h00 à l’UFR SLHS de l’Université de Franche-Comté en salle E14 (Grand Salon), entrée par le 18 rue Chifflet, 25000 Besançon.

Nous écouterons Sabina Barbato et Tristan Bonnier.

Sabina Barbato : Le pragmatisme, la pédagogie critique et les sciences sociales : l’enquête sociale et la reconstruction de l’expérience.

Résumé

John Dewey, philosophe de l’expérience, est aussi souvent associé au projet de l’école progressiste. Dans son ouvrage intitulé Theory of Social Inquiry, il expose une méthodologie d’analyse de l’expérience ayant pour but de favoriser une approche innovante de l’émancipation sociale. Les pensées sont analysées dans des séquences logiques appelées propositions, dont chacune correspond à des tâches différentes, qui permettent à la raison d’avancer ou de reculer au sein du processus décisionnel. Souvent conçue comme un effort de réflexion, la logique d’enquête avance selon des paramètres très stricts, afin d’obtenir un résultat indépendant de toute manipulation culturelle. Or ces micro-unités de réflexion entrent en collision avec la forme du nouveau système libéral, au sein duquel la pensée humaine est soumise à une pression continue d’informations et d’ajustements, dont elle doit rendre compte et auxquels elle doit s’adapter. Dewey propose une méthode grâce à laquelle les individus peuvent évoluer et se défendre contre certaines conditions imposées par le régime libéral. Ainsi s’instaure un dialogue critique entre l’homme et son environnement. Dans les années 70 et 80, la pédagogie critique définie par certains auteurs comme Henry Giroux a remis en vogue la diffusion d’un savoir libre, prenant en compte les faits économiques et politiques actuels et passés. La pensée de Dewey est à nouveau mobilisée pour aborder les questions sociales les plus importantes, telles que la justice sociale et l’émancipation culturelle, non seulement dans les lieux défavorisés, mais aussi dans les lieux où le savoir prend forme, c’est-à-dire dans les pays qui ont un pouvoir économique et politique.

Après avoir esquissé cette présentation historique, notre réflexion se portera sur le lien entre la structure du pragmatisme et sa fonction sociale dans la pédagogie critique. Cette association donne à la pensée la force de reformuler les idées d’une manière appropriée par rapport à la culture dominante. À première vue, elle pourrait être interprétée comme une forme de protestation, mais ce serait négliger les bénéfices que l’éducation peut tirer de la mise en place de ces dispositifs critiques. On se penchera sur une étude de cas, un exemple d’application concrète proposé par Tania Ramalho (Université de Suny Geneseo, USA), qui interroge en classe les notions politiques associées aux partis démocrates et républicains afin de sensibiliser les étudiants aux questions relatives à la nature du gouvernement, à l’économie, à la race et au changement social.

Tristan Bonnier : Victor Hugo devant la critique littéraire : la “mission conservatrice” au XIXe siècle.

Résumé

Il s’agit de replacer l’œuvre de Hugo dans le contexte des luttes symboliques du champ littéraire et d’observer comment se met en place, avec la critique littéraire, une doctrine visant à inculquer au public le sens de la tradition et du caractère national. Certains littérateurs réactionnaires cherchent en effet à lutter contre la « fausse mystique » du romantisme, au nom d’une « mission conservatrice » (remplacer l’imagination par l’intelligence, la poésie par la critique, en vue de pacifier les intellectuels). Or, tout au long de sa carrière d’écrivain, Hugo se positionne dans ce débat en construisant, contre ses adversaires, un « sacerdoce poétique » érigeant le poète en éducateur du peuple. Pourquoi Hugo attache-t-il tant de prix à son rôle de « penseur » ? Doit-on réduire son succès à la France lettrée et bourgeoise, et rattacher l’inconstance de ses opinions politiques, religieuses et philosophiques à son désir de popularité ?